Le Héros malchanceux

C’est dans les tréfonds du donjon de Peursurlaville, au creux du dédale dont on ne revient pas, dans une de ces salles obscures où la faible lueur de quelques torches affronte les ténèbres, que nous retrouvons nos héros. Les pierres des murs étaient teintées de rouge, de bleu, de vert, dernières traces d’un combat acharné contre des blobs en surnombre.

Gorand le Hardi plongeait sa poigne robuste dans les restes translucides du monstre pour y récupérer quelques rubis engloutis. Il jeta son butin par-dessus son épaule, trouvant à l’aveugle le sac que lui tendait Avilte la Furtive. Bien qu’une toile lui cachât le bas du visage, on pouvait deviner un sourire avare appuyé par la malice de ses yeux.

Dans l’autre coin de la pièce, on entendait les incantations de Miste le Flamboyant, tout concentré à ressouder les os d’Hifénor, le barde.

 

 » Ne bouge pas comme ça ou le sort ne prendra jamais ! »

 

De mémoire de Gobelin, jamais le donjon de Peursurlaville n’avait reçu de cris aussi… Aigus. On pouvait presque voir les notes ricocher énergiquement contre les parois avant de fuir dans les méandres du couloir. Gorand se leva et la main sur sa hache, s’avança plus en avant.

 

 » C’est une façon comme une autre de s’annoncer. « 

Avilte s’arma d’une flèche et bandant son arc vers l’obscurité, adressa à Miste :

 

« Alors comment il va le bleu ? »

« Pour la jambe, c’est guéri. Pour la dignité, je ne peux rien faire. C’est bon Hif tu peux arrêter de crier c’est ressoudé. »

 

Le barde stoppa net son cri stridant. Il sauta aussitôt sur ses jambes et entama une danse.

 

 » Merci à toi Miste le Flamboyant, grand sorcier de Toutunfoinpourunecour, dresseur d’ouragans, briseur de torrents, chevaucheur de pucel… »

« Le Flamboyant ça suffira. Arrête de glisser sur le moindre piège et on sera quitte. Il nous reste du chemin, avançons. »

 

Le guerrier hardi adressa à sa fluette amie « Pourquoi on l’a ramené déjà lui ? » et il n’eut qu’un rire pour unique réponse.

Du bout du bâton du mage jaillie une boule d’une pâleur d’ailleurs illuminant l’espace. Le groupe reprit sa marche.  Gorand ouvrait la marche, le bouclier tendu, scrutant l’obscurité tout en rêvant de voir surgir un gobelin, une salamandre ou tout autre monstre qui se tranche. Dans son ombre, Avilte l’elfe voleuse était muette. Elle comptait de tête l’or amassé, l’esprit porté vers ce diadème qu’elle avait vu chez le marchand. Le mage quant à lui, tentait de se souvenir du sort nettoyant afin d’ôter un résidu de blob sur sa cape mais hésitait entre Nettoyatum et Nettoyatrum, sorts pouvant soit enlever une tâche soit le tuer à la tâche.  Hifénor fermait la marche, le sourire aux lèvres, commençant quelques notes sur sa mandoline.

Les quatre amis se noient dans la bière,

Les quatre tonneaux, poteaux du bistrot…

« Ta gueule Hif ! « 

Tandis que la voix nasillarde s’arrêtait aussi nette, un grondement se fit entendre devant eux.

Une horde compacte de gobelins leur faisait face. Le guerrier hardi, aidé par sa vaillante amie l’archère, délestèrent ces quelques monstres immondes de leur vie tout en avançant entre les murs étroits. Le mage envoyait quelques boules de feu en cherchant un chemin entre les corps qui s’entassaient. Bientôt, le bruit des tambours et les cris des nains verts s’estompèrent, encore une fois, ils avaient vaincu.

 » Aaaaaaaah ! « 

                Tous trois se retournèrent. Hifénor sautillait sur un pied, tenant l’autre entre ses mains. L’imprudent avait marché sur une dague.

 » Miste garde ta magie pour plus tard, je vais lui donner une potion. « 

                Le guerrier robuste, couvert du sang de ses ennemis, s’approcha du barde sa potion à la main. Dans un sursaut de douleur, Hifé le heurta et fit vibrer le colosse. Juste assez pour lui faire lâcher prise et sa potion se brisa sur le sol. La peur stoppa bien vite la douleur et le ménestrel fut bientôt comme figé en voyant le regard noir que lui lançait son allié. Furieux, le hardi repris sa route en fulminant. En passant devant Avilte, il lui glissa : « Pourquoi on l’a ramené déjà lui ? ». Cette fois, l’elfe eut trop peur pour ricaner.

Les trois héros reprirent leurs routes, n’attendant plus le clopinant troubadour. Soudainement, Avilte arrêta la marche de Gorand. Elle avait, grâce à son œil habile, distingué dans le sol quelques anomalies. Certaines dalles semblaient très légèrement plus enfoncées que d’autres dans le sol, dessinant un damier.

« Un piège. »

                La furtive sauta alors sur les dalles avec une précision et une grâce incroyable. Marquant chacune d’entres elle d’un coup de dague. Elle arriva en un instant de l’autre côté de l’embûche, l’air triomphale. Enfin, on pouvait deviner son air triomphal car souvenez-vous, un masque cachait son visage. Le guerrier et le mage la suivirent de près. Le barde quant à lui, hésitait.

« Je le sens mal avec mon pied. »

« Suis juste le chemin balisé, tu peux le faire ! »

Miste tendit tout de même, dans le doute, son bâton en direction d’Hifénor, près à faire

jaillir un de ses sorts. Le musicien se mit alors en route. Traversant dalle par dalle le chausse-trape sous le regard, mi-anxieux mi-désenchanté de ses camarades. Et quelle ne fut pas leur surprise lorsque, contre tout attente, l’imprudent arriva jusqu’à eux. Fier, triomphant, porté par une grâce nouvelle, le ménestrel entama une danse de la victoire. En sautillant sur son pied blessé, il poussa un cri et fit un pas en arrière. Sur la mauvaise dalle. Le sol s’ouvrit alors, laissant apparaître des pieux dressés et, apparemment, bien limés. Dans la panique, Hifénor tenta de s’agripper à ce qu’il put. Il arracha par mégarde le sac d’Avilte et sombra dans les ténèbres.

Miste, le sauveur, parvint de justesse à arrêter la chute de l’imprudent et le remontât lentement à l’aide d’un sort. L’air penaud, Hifénor dut affronter le regard inquisiteur de l’elfe. Un regard en bas permis de voir son sac à trésor au fond du gouffre, ses rubis et rêves de diadème aussi déchirés qu’un nain une nuit de pleine lune.

 » C’est le sac que t’aurais dû sauver, et en passant devant le guerrier l’elfe ajouta, pourquoi on l’a ramené lui ? « 

 

La fin du voyage était proche, palpitait dans le cœur de nos héros cette joie indescriptible mêlée à cette excitation d’être les premiers à fouler un territoire inconnu. L’antre de la chimère, aucun aventurier n’avait mis les pieds si loin et le monstre nourrissait toutes les légendes. Ils étaient là, à quelques pas d’atteindre l’immortalité. Leur récit de bravoure sera a jamais immortalisé et l’on chantera leur louage des siècles durant. Sur sa mandoline, Hifénor entama un hymne, puis un autre.

« Heu… Tu vois pas qu’on t’attend ? lui lança Gorand »

« Bon en attendant qu’Hifé se concentre. On est bien préparé ? Miste niveau magie ? Il te reste des potions ? »

« Elles étaient dans ton sac Avilte. »

Un silence long et froid s’installa. Hifénor clopina tout guilleret.  » On est prêt ?  »

 

Elle était là, la bête. La mangeuse d’hommes, de femmes, d’enfants. La terreur de la nuit. La lionne ailée. D’un cri rauque et puissant, elle annonça l’affrontement. Il sera terrible et brutal. Un combat de légende. Le plan était simple. Gorand devait dévier les flammes vengeresses de la bête, lui hacher la queue de dragon. Avilte la maintenir sous pression et trouer ses ailes de flèches. Miste, avec le reste de son énergie, devait assurer le support et le soin de ses compagnons. Une chose était essentielle à la réussite de ce plan. Hifénor ne devait rien faire.

Le combat commença brutalement. Gorand eut du mal à contenir le coup de queue que lui adressa l’indomptable. Il resta un moment hagard. Avilte tira ses flèches avec une précision mortelle mais chacune d’entre elles ricocha contre les ailes puissantes de la bête. Miste, économisant son énergie, ne pouvait risquer de s’épuiser en sort et regardait ses amis impuissants. Hifénor avait trouvé un caillou tout rond et s’amusa à jongler avec.

Peine, douleur et acharnement. Voila ce qui pouvait résumer l’heure de joute qui suivit. Chacun tenait ses positions. Personne ne voulait céder. Personne ne pouvait céder. Gorand tenait bon et jouait la défensive. Attendant une ouverture. Enfin, la voilà, il s’avança pour sauter, la hache haute !

 » Attention ! « 

Trop tard, le pied du guerrier glissa sur une forme inconnue et il tomba de tout son long sur le sol. La chimère l’empala du bout de sa queue et l’attira à sa bouche. De désespoir, le hardi jeta un regard sur l’objet de son imprudence, la raison de sa chute. Un caillou, tout rond.

 » Hifé enfoi… « 

Ici s’arrête l’histoire de Gorand le Hardi. De colère et de haine, l’elfe sauta de toute sa force vers la gueule de l’ennemi, prête à lui trancher les yeux. Mais d’un coup d’aile, la chimère brisa les derniers espoirs d’Avilte la furtive en l’encastrant au mur. Miste, qui n’en croyait pas ses yeux, tenta péniblement de former un bouclier protecteur autour de lui pour résister aux assauts répétés de ces crocs limés. Si seulement il avait plus d’énergie… Mais la barrière se brisa et le fulgurant s’éteignit aussitôt, rejoignant son ami dans le ventre rond du monstre.

Hifénor, seul face à la bête, ne savait pas quoi faire. Ça n’était pas dans le contrat. Il couru jusqu’à la sortie, poursuivit par la chimère qui poussa un cri brisant les murailles, un cri des tréfonds, un cri…

 

 » Les enfants !!!! A table !!!! Ne me faites pas répéter !!! « 

 

La voix de la mère d’Alex surpris tout le monde. Alex lâcha la figurine du barde et de la chimère en lui répondant :  » On arrive !!! »

Tom enrageait : « Nan mais c’était quoi ça Damien ? T’as vu ce que t’as fait ? A chaque fois tu nous foutais dans la merde ! »

Damien un peu gêné : « Mais c’est pas moi c’est les dés ! J’ai pas eu de chance c’est tout ! A la prochaine partie ça ira mieux je te jure ! »

Julie se leva la première : « La prochaine fois prend quelque chose d’utile, comme un paladin ou un clerc. Un barde non mais je rêve…  »

En descendant l’escalier, Tom arrêta Julie, laissant Alex et Damien descendre vers la cuisine, pour lui glisser à l’oreille : « Pourquoi on l’a ramené lui ?  » Julie sourit.

 

Gautier Veret 23/04/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *