Monologue

« Je ne sais pas trop quoi en penser. T’es là et j’vois bien que t’attends comme une aide extérieur, qu’on te guide. Ou je sais pas pt’être que tu voulais juste déballer ta rancœur et t’avais besoin d’être écouté. Mais t’as dans le regard un sombre qu’ont qu’les mecs qui se sont djà perdu. Regarde c’est cool ! On est là entre potes en train de boire des bières en terrasse sous le soleil et la tu viens noircir le tout avec tes cinquante nuances de seum !  Ouais j’ai vu le film il était pété, ahah. Ce que je veux dire c’est qu’à chaque fois c’est pareil. On a beau te conseiller et t’aider pour que tu sortes de ton aigreur, t’y replonges toujours comme une ex qui fait des bonnes pipes. Roooh ça va je parlais pas de Zoé ! Vraiment les potes et moi on a tout essayé pour t’apporter le sourire, des soirées gorgées dt’a voix qui aimait s’écouter, des sorties jusqu’à plus d’heures où tu faisais fuir les filles dans tes monologues, ces putains de monologues sont des gouffres sans fond !

               Ok elle t’a quitté. C’est triste, vous étiez beau ensemble, elle aurait pu le faire d’une meilleure façon que le soir de ton anniv mais, est-ce qu’il y a vraiment une bonne façon de le faire ? Me lance pas ces yeux tu sais très bien ce que je veux dire. On n’est pas insensible à ta peine. Mais ça fait quand même six mois et t’en parles encore comme si c’était hier ! Je sais bien que c’est au Luxembourg que vous avez eu votre premier baiser, mais c’est pas une raison de chialer à chaque fois qu’tu passes à côté ! Tu sais que c’est vrai ! Les mecs sont d’accords avec moi ! Bon même si je vois qu’il y a un petit manque de couilles dans l’assemblée on voulait que tu t’rendes compte que ça pouvait plus durer.

               Monsieur, monsieur ! Une… Deux… Quatre autres pintes s’il vous plaît ! Nan nan t’inquiètes je l’avance.

               Mec ce que je veux dire c’est que t’es pas seul, déjà tu nous as nous, tes potes, même si je sens que t’as plus envie de me foutre un pain dans la gueule que de m’écouter. Mais t’es là, tu bouges pas, c’est déjà un bon début. Je sais pas si tu te souviens de cette phrase de Gary… Ca faisait quelque chose comme : « Les hommes oublient trop souvent que ce qu’ils vivent n’est pas mortel ! ». Oui il est bon le Gary. Bref t’es là et tu te complais dans ta tristesse comme si tu chérissais un trésor que tu étais le seul à connaître. Tous les hommes qui t’ont précédé ont déjà vécu des trucs comme ça, tous les autres après toi aussi. Ta peine, ta souffrance là. Elle fait partie de la promotion spéciale pour être humain. Formule deux en un ! Offre sur la tristesse et les spaghettis profitez-en ! Bon je dis de la merde, c’est peut-être les quatre pintes. Pardon, pardon. Bon me regardes pas comme ça. Moi aussi j’en ai douillé par le passé. Regardes autour de cette table. Y’en a pas un qui s’est pas rtrouvé le pied à terre car il avait trop donné d’son cœur. Mais on s’est relevé. Et c’est ce qui va t’arriver. Si tu te bouges un peu. Quand tu dis que tu regrettes de l’avoir rencontrée, ça me donne envie de te frapper ! Oui ok t’es mal en ce moment et c’est pas la joie, tes cernes veulent se marier avec ta bouche… Mais dans quelques mois… (putain j’espère que ça sera moins long) Dans quelques mois disais-je… Tu vas te réveiller et tu te sentiras plus grand. Tu remercieras c’que tu veux, le ciel, le temps, tes gueules de bois. Mais tu rentreras dans un monde où la chaleur de ses baisers sera loin d’être ton soleil. Vas y jte fais du Baudelaire.

               Nan mais ce que je veux te dire, ce qu’on veut tous te dire. C’est qu’elle restera comme un souvenir, un bon ou mauvais ça c’est à toi de le créer. Allez bois ta pinte ou je te la fini. »

Gautier Veret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *